mercredi 13 septembre 2017

Ne restons pas dans l'ignorance

Alors que deux militants du mouvement de protection animale sont jugés ce lundi pour avoir caché des caméras dans un abattoir, des célébrités, dont Matthieu Ricard et Sylvie Guillem, affichent leur soutien.


"Chaque jour, en France, 3 millions d’animaux sont tués dans les abattoirs. Laissons 'L214 Ethique et Animaux faire son travail.' Sans ça, nous, citoyens et consommateurs, resterions dans l’ignorance." Matthieu Ricard

Article 'Laissez l'association L214  faire son travail, lire ici

vendredi 18 août 2017

Barcelone

Dessin de Kyabje Kalou Rinpoche 
***

Chaque fois que nous entendons parler d'actes de violence motivés par la haine et la confusion, il est temps d'intensifier de façon exponentielle notre engagement à offrir le contraire au monde. En ce moment, quand beaucoup d'entre nous sont blessés et consternés par cet échantillon de la terrible confusion humaine, nous nous connectons avec amour à tous ceux touchés et offrons nos prières pour tous les gens qui ont perdu leur vie, pour leur famille et leurs amis, et pour tous ceux qui sont touchés et traumatisés par cet événement terrible. Pour atténuer la haine et la violence, veillons à nous occuper de notre propre réaction. Si ceux qui ont mené cette attaque n'avaient pas été confus et dominés par la haine et la vision erronée, ils n'auraient pas pu en arriver au point de commettre un acte aussi profondément confus et ignorant.
 Nous offrons nos prières pour que dans l'esprit de toutes les personnes dominées par la haine et la confusion surgissent la sagesse et la bonté aimante.
-Message des moniales de la Communauté Dharmadatta (depuis la retraite de Vajrasattva)

lundi 14 août 2017

Bodhisattva contre suprémacistes blancs.



‘Personne n'est né en haïssant  une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son contexte social, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s'ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent être enseignés à l'amour, car l'amour vient plus naturellement au cœur de l'homme que son contraire.’ Nelson Mandela (Longue marche vers la liberté) ; tweet de Barak Obama le 12/08/2017.

« A regarder ce genre de fanatisme et de préjugés, c'est horrible, et il est très facile de se fâcher ou de tomber dans le découragement et l'impression que tout est impuissant. C'est exactement le moment où nous ne devrions pas tomber dans l'un ou l'autre de ces deux extrêmes. Si vous pensez à comment les bodhisattvas agissent dans des situations difficiles? Comment les bodhisattvas agissent avec des êtres sensibles récalcitrants qui veulent le bonheur et ne veulent pas souffrir, mais créent continuellement la cause de la souffrance? Comment les bodhisattvas agissent? Parce que nous sommes des bodhisattvas en formation. Nous ne sommes pas encore là, mais nous nous entraînons.
Ainsi, les bodhisattvas ne se contentent pas de lever la main et de dire: "le monde va en enfer, alors oublie tout ça." Et ils ne se fâchent pas et ne s'engagent pas dans un combat de poing avec les gens qui sont en désaccord avec eux. Et ils n'insultent pas les gens qui sont en désaccord avec eux. Ils répondent avec compassion et ils s'expriment aussi contre les mauvaises idées. Donc, nous séparons les idées et les actions, qui sont odieuses, des gens qui les tiennent ou les font. Parce que ces gens ont encore la nature de bouddha. Nous ne pouvons pas les stigmatiser et dire qu'ils sont le mal pur. Ils ont la nature de bouddha. Parfois à l'avenir, peut-être en raison de notre pratique, nous serons en mesure de les conduire sur le chemin.
Donc, nous devrions faire des prières très fortes et une  pratique très puissante ;  ainsi nous obtiendrons les réalisations nécessaires pour être sages, compatissants, habiles, et des enseignants puissants afin que nous puissions guider ces personnes dans les vies futures. Et faire des prières pour eux. On ne les jette pas par la fenêtre et on leur dit: "qu'ils aillent en enfer et y restent pour toujours." On ne fait pas ça. C'est tout à fait à l’opposé d’un bodhisattva. Si nous le faisons, si nous nous décourageons et nous mettons en colère et devenons remplis de haine contre ces gens, alors notre esprit n'est pas différent du leur.
La haine est la haine, peu importe de qui elle vient. Au lieu de cela, nous formons notre esprit pour avoir de la compassion pour ces gens. Mais la compassion ne signifie pas, "Oh oui, ce que vous avez dit est faux." "S’il vous  plaît, ne recommencez pas." Ça ne va pas faire sens. Nous devons parler haut et fort, mais ne pas nécessairement hurler — fort dans le sens que nous parlons avec notre cœur et que nous disons: ‘ces idées ne sont pas acceptables.’ Les combats ne sont pas acceptables. Ces choses sont nuisibles. »

Vénérable Thubten Chodron